Vous dîtes : vocation ?

On associe les Spiritains avec un mot qui les caractérise, depuis 300 ans, le mot « missionnaire ». Ce mot peut sembler trop proche du mot « prosélytisme » ou une forme quelconque de « racolage religieux ». Mais ils sont aussi des religieux : ils partagent leur argent, obéissent à leur autorité et essaient de vivre au mieux leur sexualité pour aimer là où ils sont.

En fait, une caricature de Noël Tinguely peut suggérer ce qu’ont été des générations de spiritains…

Voici un dernier spécimen en voie de disparition : La barbe, la pipe, le casque colonnial et la boite à outils en bandouillère, rien ne lui manque… Il a tout de l’aventurier et correspond exactement à l’image que l’on s’est faite de lui durant le siècle passé. Certains, plus pragmatiques, disent que le missionnaire passe la moitié de son temps sur sa voiture et l’autre moitié dessous …. à la réparer ; d’autres disent qu’il avait la maladie du ciment ! 

Et il y a quelque chose de vrai dans cette image et nombre de missionnaires ont acquis des compétences redoutables en mécanique, en construction, en linguistique, en arboriculture ou en diététique (cf nos archives) 

Mais soyons sérieux ! Le temps a passé et le monde a changé ces cinquante dernières années. L’Eglise en Afrique a pris un nouveau visage et les missionnaires qui ont aidé à sa naissance sont maintenant dans des homes en Europe, et de nouveaux confrères sont sur  le terrain, au service de nombreuses populations.

De manière mystérieuse Dieu continue à appeler des hommes et des femmes à observer de nouveaux besoins et à agir en Eglise pour y répondre. Comme jeunes adultes nous avons découvert le Christ et le sens qu’il donnait à notre vie, et c’est une joie de voir comment nos choix prennent forme et se dessinent durant les différentes étapes de nos vie.

Patrice Gasser

Petit-fils de vigneron, fils d'un maître maçon, il a fêté ses 20 ans au Sénégal. Il a terminé sa formation à Fribourg et s'est envolé vers le Nigéria puis le Ghana. Depuis 2008 en ministère en Suisse, il a travaillé à Genève, et dans le Chablais ; ses confrères l'ont choisi comme leur boss le 1.07.20.

Lucien Favre

Fils d'un arboriculteur de Loye il s'est toujours senti proche de la nature. Arrivé au Congo Brazza il a gardé sa fibre écolo et a aidé les pygmées à se sédentariser et à éduquer leurs enfants.

Philippe Buttet

Alerte octogénaire, il a travaillé comme curé au Cameroun et à St Gingolph, dans le diocèse d'Annecy. Originaire de Muraz, il a gardé un bon lien avec ses concitoyens et il continue à rester proche de sa famille et ses connaissances

Pierre Pochon

Originaire du Purgatoire, prés d'Estavayer-le-lac, il s'est formé pour travailler comme aumônier d'hopital. Après avoir été provincial de Suisse, il travaille aujourd'hui aux archives de la province...

Jean-Claude Pariat

Apprentissage de mécanicien aux Ateliers Mécaniques de Vevey, école d'ingénieur à Fribourg, ingénieur travaillant dans l'industrie chimique à Bâle il choisit de faire sa théologie en Allemagne. Actuellement à la retraite à Fribourg, il continue à animer des sessions et des retraites

Wenceslas Rabe Pierrot Gantison

Originaire de Madagascar il est venu en Suisse pour remplacer des confrères. Il y a pris goût et s'est inséré dans la communauté du Chablais. Aujourd'hui curé de Erde, il se prépare à la retraite...